Masculins / Carnets de voyage du Br�l

Une journée inoubliable avec la Selecao

Publié le 28 mars 2005 à 01:05:00
Une journée inoubliable avec la Selecao

Une journée inoubliable avec la Selecao

[IMG34441#L]La fatigue commencer à peser... d'autant que notre petite troupe française a été déçue par la prestation des tricolores face aux Suisses. Cette qualification pour l Allemagne semble de plus en plus compliquée. Comment Trezeguet a-t-il pu manquer ce but? Marcelo est lui aussi resté sur sa faim en nous demandant pourquoi Abidal n'a pas joué côté gauche. Raymond Domenech doit avoir la réponse... Le soir, la Globo a fait un long résumé des matchs de la journée des championnats d'Etats avec notamment le succès de Santos 1 à 0 avec un but de l'ancien bordelais Deivid. Quant à l'entraîneur Braga, l'ancien coach de l'OM, il se retrouve en finale d'une coupe avec Fluminense. En parlant de Coupe, Marcelo se souvient encore de ce tir au but manqué en finale de la Coupe de la Ligue contre Metz. "Oui, mais personne ne voulait les tirer, alors j'y suis allé...". Tiens, dans une pièce de son appartement, l'ancien défenseur a deux magnifiques ballons en trophée, souvenirs de ses deux titres de meilleur défenseur du Brésil en 90 et 98.

Apres un tout petit dodo... lever à 5h pour partir à Goiana, lieu du Brésil - Pérou tant attendu par les supporters auriverde. Nous savons que Juninho va débuter et que nos invitations attendent à l'hôtel des joueurs... le superbe Castro Park où nous sommes aussi logés. Après le Sud-Est du pays, direction le Centre-Ouest au pays d'origine des indiens Goyaz qui subirent au 17 et 18ème siècle la ruée vers l'or des bandes de Paulistas dirigées par un certain Bartolomeu Bueno da Silva que les locaux surnommèrent le vieux démon. Goiana est situe a 900kms de São Paulo. Nous n'aurons pas le temps de partir à la découverte de la faune et de la flore très riches. Pas de loup à crinière, ni de loutre géante ou encore de tatou, daim, tapir...

[IMG34443#R]L'hôtel est noir de monde à 10h du matin... les télés et radios se préparent et attendent la sortie des joueurs. Renato est le seul dans le hall avec des membres de sa famille. Après avoir récupéré les accréditations et dégusté des plats locaux, il est temps de se diriger vers le Serra Dourada, l'enceinte qui attend Brésiliens et Péruviens. "C'est très difficile de jouer ici en raison de la chaleur et de la souplesse de la pelouse. Je me souviens qu'une fois, j'avais pris le ballon en pleine figure... j'étais complètement KO... j'avais du sortir". Marcelo annonce la couleur!

De la couleur, du bruit, du monde... c'est inimaginable. 3 heures avant le début de la rencontre, la foule est déjà impressionnante, vêtue de jaune et de vert. Le stade se remplit dans la joie. Dehors Stéphane et Philippe traquent l'image à immortaliser ; un gamin passe avec un maillot de l'OL... Ici, dans le stade, pas de séparation entre les supporters des 2 camps. A 15h30, Dida est le premier à sortir, puis le reste de la troupe dans un vacarme ahurissant. Il en sera ainsi pendant tout l'échauffement criant le nom de chacun de ses joueurs. L'hymne brésilien est repris par les 49 100 spectateurs (le stade a été rénové, perdant ainsi de la place). Cris n'est pas dans les 18 et les supporters mettent déjà la pression sur Parreira en scandant Robinho... Robinho. Un canon a papelitos annonce le début des débats qui n'auront rien de bien passionnant. Ronaldo vendangera 3 occasions franches de but; le rythme sera mollasson en raison de la chaleur. On a par moment du mal à reconnaître les stars Kaka, Ronaldo, Ronaldinho... Juninho sera remplacé à la mi-temps par le fameux Robinho et les Brésiliens se sortiront du guêpier péruvien par un but de Kaka. A ce moment là, le stade connut un extraordinaire orgasme collectif! Jamais, jamais, nous n'avions entendu un tel bruit pour un but dans un match de football. Le public repartira ravi... quant aux conditions de travail... c'est quelque chose d'impensable en France. Des câbles dans tous les sens... l'absence générale d'organisation... une zone mixte "bordélique". Mais nous pourrons dire que nous avons assisté à un match de football au Brésil.

[IMG34449#L]Retour à l'hôtel... nous croisons Juan qui sera suspendu pour le déplacement en Uruguay, ce qui donne la possibilité, certainement, à Cris de jouer... il y a aussi Falcao, l'ancien joueur de l'AS Roma aujourd'hui commentateur à la télé. Nous aurons le plaisir de discuter avec Juninho en zone mixte. "La chaleur nous a gêné; cela n'a pas été un grand match pour l'équipe et pour moi. Je n'ai pas le même rôle en Selecao qu'à l'OL, mais je m'adapte. Robinho? Non, cela ne ma pas déstabilisé..." Merci "Juni", tu t'es comporté comme un champion. Vite une douche avant de se sustenter, nous allons prendre une fois encore du plaisir avec l'humeur de Marcelo. Quel immense bonhomme qui a appris ce qu'était un joueur qui fait Jean Bouin/Jean-Jaures...

Juninho a la loupe: 36 ballons joués en 45 minutes; 27 bonnes passes et 9 à l'adversaire; 6 récupérations; une faute commise et une subie; 1 tir non cadré sur coup franc. 23 ballons joués devant, 9 derrières et 4 latéralement.

Juninho ne tire pas les corners avec la Selecao. Il a essayé de dynamiser le jeu des siens en première période en jouant le plus directement possible. Il a perdu un ballon qui aurait pu coûter très cher. Dans cette équipe, Juninho n'a pas du tout le même registre qu'a l'OL.

Demain, nous reprenons l'avion pour Recife, la ville de Juninho.

Sur le même thème
  • Masculins / Auxerre - OL J-1
  • Masculins / Auxerre - OL J-2
  • Masculins / Auxerre - OL J-3
  • Masculins / Carnets de voyage du Br�l
  • Masculins / Carnets de voyage du Br�l
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte