Masculins / Un m�er �'OL

Catherine et Didier: service maximum garanti

Publié le 30 octobre 2004 à 14:36:00
Catherine et Didier: service maximum garanti

Catherine et Didier: service maximum garanti

[IMG33009#L]7 heure et quelques minutes du mat, depuis bientôt 4 années (le 4 décembre prochain), Didier arrive à Tola Vologe. Il est passé en 5 minutes de son lieu d'habitation à son espace de travail. Un espace en plusieurs pièces : vestiaire des professionnels, laverie, la zone de stockage du matériel, la salle de presse, la cour... une chambre d'hôtel, un vestiaire, une zone d'embarquement, une camionnette...

« Quand j'arrive le matin, je croise les jeunes du centre de Formation qui partent au collège ; ils posent leur corbeille à linge à la laverie... Je commence ma journée. Je regarde si rien ne traîne dans les différentes pièces. J'ouvre les portes ; j'allume les lumières ; je vérifie si les 4 fontaines à eau du Centre sont pleines... Il m'arrive de nettoyer la cour des pros, si cela est nécessaire... Je fais aussi un peu de maintenance comme changer les néons. Après chaque entraînement, j'apporte les panières de linges sales à Catherine pour qu'elles mettent en route les machines. Je l'aide à les vider et ranger le linge ensuite. Il y a en début de saison toute la dotation à préparer avec Guy et Catherine. Pour chaque match, avec Guy, on floque les maillots ; on ajoute seulement le nom du joueur et son numéro. Et puis il faut préparer le matériel pour les jours de match, le ramener après et lancer le lavage. Il y a aussi les déplacements européens auxquels je participe maintenant... ».

[IMG33010#R]Si les joueurs professionnels n'ont pas de souci d'intendance pour jouer, s'entraîner, Didier et sa femme Catherine y sont pour beaucoup. « L'OL voulait il y a 4 ans, un couple pour s'occuper de toutes ces tâches. A l'époque j'étais vendeur au marché Gare de Lyon depuis 12 ans. J'arrivais à 4 heure du matin et je finissais à midi. Quand on a commencé à parler de le déplacer à Corbas, cela m'a inquiété. Il y a eu cette opportunité ; je l'ai saisie, mais il a fallu convaincre ma femme ».
Catherine avoue : « j'ai accepté pour Didier. Mais j'ai mis 6 mois pour me décider. Je travaillais dans un cabinet dentaire. Au début, j'ai trouvé le changement un peu difficile, surtout que nous n'avons pas pris de repos en passant d'un travail à l'autre. J'ai changé d'environnement du jour au lendemain. J'appréhendais le contact des joueurs. Je crois que cela se passe bien ; dans les 2 sens. On connaît leurs habitudes. Avec les jeunes, comme Hatem Benarfa par exemple, on a parfois l'impression d'être un peu une maman. Il leur arrive de te demander : comment je m'habille ce matin... C'est sympa ». Et la vie de famille ? « Heureusement nos 2 filles commencent à être grandes ; c'est plus facile, car elles ne savent jamais quand nous sommes à la maison ou non. Il faut s'adapter au calendrier, aux horaires. Je reviens souvent le soir pour vider les machines, ranger le linge. On vient aussi le dimanche soir... Lorsqu'il y a 3 matches par semaine, tu ne dois pas te laisser déborder par le travail. Il est impensable que les joueurs n'aient pas des affaires de prêtes. Il faut toujours avoir de l'avance dans le linge propre ». Heureusement, pas besoin de repasser !

Décalés par rapport à l'actualité du groupe, Catherine et Didier allument leur "lumière" lorsque celles des « stars » s'éteint. « Si on existe, c'est grâce à eux. Il ne faut pas l'oublier ». Didier est heureux. A 40 ans, il se sent membre à part entière de la famille OL. « C'est magique. Je ne suis qu'un simple employé, mais je me sens complètement intégré... Il y a du respect, du dialogue et je suis autonome » Juninho passe ses cheveux dans l'embrasure d'une porte : « si tu savais le boulot qu'il fait... ».
Didier se souvient de ses débuts dans ce monde nouveau. « Je n'étais pas spécialement footeux au départ, sauf avec mes copains de village. Je ne connaissais pas trop les joueurs, mis à part « Sonny ». Cela m'a fait bizarre de le côtoyer. Cette rencontre m'a vraiment marqué ». Et puis, il se dit que depuis 4 saisons, il accumule, lui aussi, les titres. « Ce déplacement à Paris et cette Coupe de la Ligue, comment l'oublier ? Je crois que c'est mon plus beau souvenir » La fête, il l'a fait en fin de saison avec le groupe le soir du titre. Et un, et deux, et trois... « Je suis très optimiste pour un 4ème. Quand l'équipe joue à l'extérieur on regarde la télé ; on écoute la radio... ». Pour les matches européens, Didier est aux premières loges. « Je fais les déplacements. J'aide Guy Genet. On prépare le matériel ; on charge la camionnette. Direction Satolas ; enregistrement des bagages... billets. A l'arrivée, une camionnette nous attend pour charger le matériel ; puis direction l'hôtel où on le décharge dans une chambre. Ensuite, on prépare l'entraînement. Le lendemain, il y a le match, le stade. Puis le retour à Lyon et la mise en route des machines à laver dans la foulée... ». Les machines tournent sans tambour ni trompette. Elles effacent les souvenirs d'une rencontre ; préparent ceux d'une autre à venir. Ainsi va la vie.

Cela ne s'arrête donc jamais ? « Il y a les vacances. 3 semaines en août. Il y a aussi certains week-ends. On en profite pour retourner chez nous. Moi je fais du cyclotourisme avec mon club. Environ 2 500 bornes par an. Des sorties de 80 à 100 kms ; quelques compétitions dans la saison. Avec l'âge, je suis devenu plus rouleur que grimpeur. J'aime partir, découvrir, la campagne, le calme... » Catherine, elle, essaie de faire une fois par semaine de la gymnastique.

Si les matches sont faciles à comptabiliser, combien d'entraînements à assurer ? Combien de maillots, shorts, bas, serviettes... à laver, sécher, ranger, préparer? Combien de bouteilles d'eau à porter ? Combien de tâches diverses à effectuer ? Combien d'heures à passer ? Combien d'allers et retours à effectuer de chez soi à son autre "maison"? Le plus souvent dans l'ombre pour que la lumière soit parfaite. Quel que soit le spectacle, il y a toujours une face cachée... indispensable! Sans oublier que ce service maximum garanti se fait avec le sourire et en couple.

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte