Masculins / Reprise du championnat J-10

Pierre-Alain Frau: "Je veux m'imposer..."

Publié le 27 juillet 2004 à 15:17:54
A 24 ans, Pierre-Alain Frau a signé à l'OL pour franchir une étape dans sa carrière. En sachant qu'il faudra d'abord qu'il s'impose. Confidences d'un timide qui n'est pas muet sur un terrain, ni d'ailleurs pendant une interview...
Pierre-Alain Frau , comme Eric Abidal, est arrivé à l'Ol il y a tout juste quelques semaines. Né le 15 avril 1980 à Montbéliard, le nouveau numéro 13 olympien a déjà un passé de footballeur qui ne laisse pas indifférent : 123 matches de Ligue 1 et 41 buts ; première rencontre le 23 août 1998 et une défaite à Bonal 4 à 0 contre Lens. En Coupe de l'UEFA, il a disputé au total 7 rencontres pour 4 buts. Cette saison, il a inscrit 2 buts en Coupe de La ligue, une coupe qui est venu garnir sa collection personnelle, tout comme son titre de Division 2 en 2001-2002. Sans oublier ses 7 sélections en Equipe de France Espoirs (2 buts) et cette finale de l'Euro Suisse 2002 perdue contre les Tchèques.

« Paf » est plutôt du genre timide ; cela ne l'a pas empêché de se confier il y a quelques jours.



Pierre-Alain, comment cela se passe à l'OL ?

« Je prends petit à petit mes marques. Je connaissais 2 ou 3 joueurs que j'avais fréquentés avec les Espoirs. Le fait d'avoir débuté par le stage de Tignes a été profitable pour commencer mon intégration. Je suis né à Montbéliard. C'est la première fois que je quitte vraiment ma région d'origine. Cela fait donc pas mal de changement. J'ai déjà trouvé une maison pour le mois d'août. Je suis content ».



L'OL, c'était ton choix ?

« Je savais ce que je voulais. Je rejoins un grand club ; le plus grand en France actuellement. L'OL, c'était mon premier choix, même si pendant un moment j'ai cru que je pourrais signer à l'OM. De l'extérieur, ce club représente aussi la stabilité. On se dit que les dirigeants savent où ils vont. Et puis, il correspond à mon caractère. Ici, je vais progresser. Je veux gagner des titres ; participer à des gros matches ; aider le club à garder son titre de champion de France. Je me dis aussi, qu'à plus long terme, il peut me permettre d'intégrer le groupe France. J'ai le temps d'y penser. Je dois d'abord m'adapter à mon nouvel environnement ».



Ton caractère, ta personnalité ?

« Je ne fais pas trop de bruit. Je suis plutôt timide. Je ne suis pas quelqu'un de fou. La folie, j'essaie de la mettre dans mon jeu, mais la première chose à laquelle je pense sur un terrain, c'est l'efficacité de mon jeu. Mes premiers matches, à ce titre, seront importants. J'espère marquer rapidement. Buteur ? Oui, évidemment. Mais je ne sais pas faire que çà sur un terrain. Je ne me fixe pas d'objectif en début de saison. Les buts, ils viennent naturellement. En jouant dans une formation offensive comme l'OL, j'arriverais à marquer. Je suis aussi un passeur (7 passes décisives la saison dernière). Je veux être un attaquant complet. Je marque ; je fais des passes. Je n'ai pas l'obsession du buteur. Les gens disent que ma principale qualité réside dans ma vitesse de course. Je crois effectivement qu'elle est importante dans le football d'aujourd'hui. Je l'utilise pour donner des solutions à mes partenaires. En revanche, j'ai encore des lacunes. Je dois bosser ma technique dos au but ; je dois participer beaucoup plus au jeu de l'équipe et revenir chercher les ballons ».






As-tu un poste de prédilection et comment réagis-tu face à la concurrence?

« Je préfère jouer dans l'axe ; je me sens plus libre de mes mouvements. Mais ma polyvalence est certainement un atout. Je pense que c'est aussi une des raisons pour laquelle l'OL m'a recruté. Ici, il y a forcément de la concurrence. Je l'accepte. A moi de montrer rapidement mon niveau. Cela va me motiver. S'il faut être patient, je le serais, mais je veux m'imposer le plus vite possible ».



As-tu un plan de carrière ?

« Non. Je suis à l'OL. Je ne pense qu'à çà. La logique voudrait ensuite que j'aille à l'étranger. J'ai commencé très jeune dans ce milieu. A Sochaux, j'ai grandi avec le club. Le moment était venu de se remettre en question. D'autres moments, je l'espère, viendront. Chaque chose en son temps. Il est inutile de faire des projets à l'avance ».

En dehors du foot, as-tu des passions ?

« Pas vraiment. Je n'aime pas sortir de chez moi. Je suis assez casanier. Je joue un peu à la console ; je m'occupe de ma fille. J'essaie de ne pas lui passer tous ses caprices. Notre métier nous laisse beaucoup de temps libre, alors j'en profite à ma façon ».



L'environnement de Sochaux ?

« C'est une ville ouvrière et cela te marque. Cela te permet de garder les pieds sur terre. La majorité des gens que je connais là bas travaillent ou ont travaillé chez Peugeot. C'est bien de fréquenter des gens qui appartiennent au monde normal. Nous, nous sommes des privilégiés… loin de cette réalité».



As-tu déjà des souvenirs marquants dans ta carrière?

« A Sochaux, au-delà des résultats, je retiens en premier lieu l'ambiance qui régnait dans le groupe. Fabuleux. Je souhaite en ajouter d'autres à Lyon. On me parle déjà de la Ligue des Champions. J'ai hâte de la découvrir… »



Pierre-Alain Frau a du mal à parler de lui. Alors du bout des lèvres il murmure : « je crois que j'ai une bonne nature. Je peux être têtu quand j'ai envie de quelque chose. A la maison, je suis un peu fainéant… ». Le foot à la télé ? « Oui, mais sans plus. La Ligue des Champions ; l'Equipe de France ; mes futurs adversaires. Mais aussi un regard sans attention… ». L'ancien sochalien, en revanche est formel, son pire ennemi ne l'embêtera plus : « il est maintenant à l'OL ; c'était Eric Abidal ». Quant aux gardiens de but ? « Je n'ai ni hantise, ni prédilection… ».



Timide, il consent cependant que la période de préparation, ce n'est pas trop son truc : « J'ai hâte que les matches officiels reprennent ». As-t-il enfin une idole ? « Jeune, j'aimais bien, mais sans plus, Maradona. Aujourd'hui Thierry Henry… » Un but, contre le PAOK Salonique ; une passe décisive contre le Werder Brême, Frau est entré dans sa nouvelle carrière. Efficacement, sans faire de bruit. Et ce n'est pas surprenant.



R.B ..

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte