Masculins / Metz 1 - OL 2

Analyse : L'OL ne lâche rien

Publié le 08 mai 2004 à 23:41:22
Vainqueurs dans la douleur ce soir à Metz, 2-1, les Lyonnais conservent trois points d'avance en tête du classement sur Paris, qui leur avait mis la pression en battant Rennes (1-0) en fin d'après midi. Pourtant l'affaire semblait bien mal engagée pour les Gones, ballottés durant toute la première mi-temps et qui concédaient logiquement l'ouverture du score par Maoulida (10'). Heureusement, un coup-franc "juninhesque" (23') et une tête d'Elber (76') permettaient à un OL requinqué en seconde période de renverser la vapeur. A trois journées de la fin, et comme face à Bordeaux la semaine dernière, l'OL ne lâche rien !
Vainqueurs dans la douleur ce soir à Metz, 2-1, les Lyonnais conservent trois points d'avance en tête du classement sur Paris, qui leur avait mis la pression en battant Rennes (1-0) en fin d'après midi. Pourtant l'affaire semblait bien mal engagée pour les Gones, ballottés durant toute la première mi-temps et qui concédaient logiquement l'ouverture du score par Maoulida (10'). Heureusement, un coup-franc "juninhesque" (23') et une tête d'Elber (76') permettaient à un OL requinqué en seconde période de renverser la vapeur. A trois journées de la fin, et comme face à Bordeaux la semaine dernière, l'OL ne lâche rien !



Le jeu

Les semaines se suivent et se ressemblent pour l'OL. Comme face à Bordeaux la semaine dernière, le début de rencontre s'avérait ainsi particulièrement pénible pour l'OL. Perturbés par la vitesse des attaquants messins et particulièrement fébriles, les Gones étaient acculés sur leur but. Et après une première alerte, un but de Borbiconi refusé pour hors-jeu, Maoulida ouvrait logiquement le score (10'). L'OL paraissait dès lors bien incapable de réagir, mais c'était sans compter sur le pied droit magique de Juninho qui catapultait un coup-franc superbe dans la lucarne de Butelle (23'). C'est néanmoins peu dire que les Olympiens s'en sortaient bien à la pause. Au retour des vestiaires cependant, les hommes de Paul le Guen, replacés en 3-5-2, affichaient un tout autre visage et prenaient, cette fois, les choses en main. Elber ratait une première belle occasion, frappant au ras du poteau (52'), mais ne manquait pas le coche, un quart d'heure plus tard (76'), offrant à des Lyonnais, totalement dominateurs en deuxième mi-temps, un succès court mais ô combien précieux.



Le fait du match

Tancés, dépassés et logiquement menés, les Olympiens paraissaient au plus mal après 23 minutes de jeu. Et puis, Elber obtenait un bon coup-franc à une vingtaine de mètres des cages messines. La suite ? Un éclair de génie, un éclair dans la grisaille lyonnaise, signé l'inévitable Juninho, auteur d'un nouveau coup-franc magnifique. Grâce au talent de son milieu auriverde, l'OL revenait dans une rencontre qui semblait totalement lui échapper et se remettait sur la voie du succès que lui donnait finalement un peu plus tard un autre Brésilien. C'est dire l'importance de ce coup de patte de Juninho.



La clé du match

Dominés en première période, dominateurs en seconde, les Lyonnais ont affiché deux visages totalement opposés face à Metz. La différence ? Un judicieux choix tactique de Paul Le Guen qui alignait, au retour des vestiaires, un 3-5-2 avec une défense Edmilson-Müller-Berthod, Deflandre, puis Réveillère, prenant le couloir droit et Malouda le couloir gauche. Un joli coup de maître en somme de la part de l'entraîneur olympien.





Les chiffres

2. C'est la deuxième fois seulement cette saison que les Lyonnais gagnent après avoir concédé l'ouverture du score. Curieux hasard, la première avait eu lieu… au match aller, où après un but de Jaeger, l'OL avait marqué pour deux fois (buts de Luyindula et Edmilson), pour l'emporter sur le même score que ce soir, 2-1.



11, comme le nombre de victoires à l'extérieur cette saison pour des Gones qui restent sur une impressionnante série de 6 victoires et 2 nuls hors de leurs bases ! Avec ce total, l'OL est l'équipe la plus performante à l'extérieur de L1 et, surtout, se rapproche du record absolu du championnat, 12 victoires, réalisé par St-Etienne en 69-70 et Marseille en 71-72. Le déplacement à Paris la semaine prochaine pourrait bien être historique… à plus d'un titre !



10.Avec son but, importantissime à Metz, Giovane Elber comptabilise désormais un total tout rond de 10 buts en championnat. Après une semaine où les rumeurs de départ sont allées bon train le concernant, le Brésilien a témoigné, si besoin était, de tout son attachement au club lyonnais, avec lequel il s'est promis de remporter le Titre.



T.L.

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte