Masculins / Portrait

Entretien avec Eric Carrière

Publié le 30 janvier 2004 à 10:00:00
Entretien avec Eric Carrière

Entretien avec Eric Carrière

Interview de Eric CARRIERE par Leeroy ANTON

[IMG30412#C]

Je suis joueur du centre de formation, j'ai réalisé cette interview dans le cadre de ma formation scolaire. (apprentissage aux techniques de communications informatiques)A l'aide du service Communication Web, j'ai pu réalisé ce projet qui m'a permis d'acquérir de nouvelles connaissances quand à l' approche de la communication...

Votre parcours est très différent de la plupart des joueurs professionnels, vous n'êtes pas passé par le centre de formation et vous avez signé votre premier contrat à 23 ans.
22 ans stagiaire, 24 ans pro

[IMG30413#L]Et avec le recul, pour vous, cela a été un plutôt un bien pour la suite de votre carrière ou au contraire un handicap ?
Je suis très très content de mon parcours, cela m'a permis de vivre d'autres choses que ce que peuvent vivre tous ceux qui font les centres de formation, c'est à dire aller à la Fac, avoir des petits boulots d'été, avoir une vie un peu plus normale et vivre un peu plus proche des parents pendant pas mal de temps. Je suis parti ensuite dans un milieu professionnel un petit plus tard en étant un petit plus mûr sachant qu'à 22 ans on n'est pas encore tout à fait mûr. Je m'en rend compte maintenant ; je pense que c'est un bien pour moi mais je ne dis pas que c'est un handicap pour ceux qui n'ont pas le même parcours, c'est simplement mon parcours à moi.

Justement vous dîtes sur votre site qu'à l'âge de 20 ans vous bossiez dur avec votre femme pour payer vos études, aujourd'hui vous êtes un des meilleurs joueurs du Championnat de France, vous devez apprécier d'autant plus votre nouvelle vie?
Oui tout à fait, bossez dur... j'ai pas bossé dur non plus ! Cest à dire, un mois l'été : ça apprend un petit peu les choses de la vie, et c'est vrai que quand je suis dans la difficulté par exemple lorsque j'étais sur le banc dernièrement, je me remémore un petit peu ces moments là. Je me dis qu'il y a des gens qui ont des vies beaucoup plus difficiles, cela permet de relativiser et de mieux vivre ce qui m'arrive maintenant.

[IMG30414#R]Pascale SEMPE, votre entraîneur à Muret, dit de vous que vous avez un mental énorme pensez-vous que c'est cela qui a fait la différence pour percer au plus haut niveau.
Oui, cela a joué. Mon mental était bon, j'ai toujours eu un bon mental je dirai dans le fait de m'accrocher. Par contre je n'avais pas de mental au niveau gestion de la pression, c'est à dire que dès qu'il y avait du monde c'était plus dur, et j'ai rencontré des personnes, notamment Stéphane RENAULT, qui m'a beaucoup aidé à ce niveau là, parce que ce n'est pas facile surtout lorsque l'on arrive du milieu amateur. Quand on fait les centres de formation on est préparé petit à petit à ce genre de pression. A la pression d'être gardé et à la pression de signer pro. Moi, je n'ai pas eu cette pression. Pendant longtemps, le football n'était juste qu'un plaisir, je jouais ou je ne jouais pas ce n'était pas trop un problème, et ensuite il a fallu être performant. Il y a aussi la pression d'un transfert, et tout cela, il faut apprendre à le vivre. Mon mental c'est vrai a toujours été très très bon, par exemple lorsque j'étais amateur à Muret je suis arrivé en D.H. Je n'avais pas ma place au début, il a fallu que je m'accroche, je me suis accroché et j'ai joué, j'ai même ensuite joué en équipe 1. Je n'ai jamais eu des moments hyper faciles ou ça vient comme ça, il a toujours fallu que je m'accroche.

Pour ma part, je trouve qu'il émane de toi une certaine force tranquille, où la puises-tu ?
Je la puise d'un gros travail sur moi-même. J'essayer de relativiser beaucoup de choses, de mettre des priorités dans ma vie. Déjà ma priorité, c'est ma famille avant tout. Et puis au football, je voulais être le plus professionnel possible, ce que je fais déjà depuis des années. Mais avant j'étais un peu plus ambitieux, c'était une ambition prioritaire, tandis que maintenant je suis ambitieux, je mets tout de mon côté. Mais si le coach ne me fait pas jouer je ne vais pas le forcer car ça ne sert à rien d'être déstabiliser. J'essaye de travailler sur cela. Lorsque je joue je me dis "fais-toi plaisir". L'autre jour contre Montpellier notamment, ou logiquement j'aurais pu avoir une grosse pression, lorsque les journaux, les médias commencent à dire Elber est blessé, comment va-t'on faire ? Je me suis dit, si je rate mon match, je ne jouerai pas, je ne jouerai plus !

Cela n'a pas été le cas !
Non cela n'a pas été le cas parce que justement je me suis dis que si je ne joue plus, ce n'est pas grave. Il faut arriver à bien le vivre, le dire ce n'est pas très très compliqué. Ne pas s'énerver lorsque cela ne va pas trop, rester positif, c'est l'essentiel.

L'entourage joue beaucoup ?
Oui, et la remise en cause personnelle également.

[IMG30415#L]Votre première sélection en équipe de France, votre première Marseillaise, reste un moment inoubliable ?
Oui, mais je ne fonctionne pas sur des moments. Souvent on me demande quel a été le meilleur moment dans ma vie "footballistique". Je dirais qu'il y a des moments qui me reviennent, mais c'est un tout. L'équipe de France c'est un tout aussi. La première sélection en Corée c'était super, mais je retiens le plaisir que j'ai pris à chaque sélection, c'est un jeu très collectif, de très haut niveau.

Et pendant la Marseillaise, pour cette première rencontre, à quoi pensiez-vous, plutôt à vos proches, à votre parcours, ou bien étiez-vous tourné déjà sur votre prestation future ?
Pendant la Marseillaise, je penses souvent aux proches qui ne peuvent pas me voir. Malheureusement mes grands-parents paternels sont décédés depuis quelques années et souvent je pense à eux.

C'est un moment d'émotion ?
Oui j'ai une petite pensée personnelle.

[IMG30416#R]En 2001, tu as été élu meilleur joueur du Championnat de France, cela doit être une grande consécration ?
Je ne l'ai pas vu comme cela, car consécration, aboutissement, sont des termes que je n'aime pas trop. Cela veut presque dire que l'on s'arrête derrière, mais c'était fort parce que c'était le milieu professionnel qui m'honorait, sachant que cette année là on avait été Champion de France avec Nantes. Cela récompensait une année vraiment très très régulière, et puis les deux années précédentes on a gagné deux fois la Coupe de France, et à chaque fois, je me disais, "c'est incroyable !", moi qui vient du milieu amateur, à 18 ans jouer en P.H, et puis après être champion de France et être élu meilleur joueur du championnat ! C'est très beau et en même temps comme c'est venu petit à petit je n'ai pas trouvé cela immérité. J'étais très très heureux bien entendu. Et après il a fallu repartir sur une nouvelle saison.

Est-ce que cela t'a donné plus d'assurance pour la suite, ou au contraire plus de pression puisqu' après tu avais un autre statut. Ce n'était pas trop difficile à gérer ?
C 'est une bonne question, puisqu' après il a fallu gérer cela par la suite avec le transfert à Lyon qui était de 80 MF. Il faut assumer cela. Parfois c'est vrai que les sommes sont énormes. Ensuite, il faut gérer cela en tant qu'homme face à une grosse pression. Les supporters attendent, les dirigeants aussi et il vaut mieux avoir les épaules solides, et être bien entouré dans ces moments là.

C'est souvent dans ces moments là que l'on se dit que la famille est primordiale ?
Oui en effet. D'autre part, lorsque l'on a été champion de France, élu meilleur joueur, les gens attendent un certain niveau, 'si tu n'est que bon, il faut être excellent...' !

Et pour finir tes objectifs pour cette année ?
Mes objectifs sont toujours de me faire plaisir. Gagner un titre en fin de saison serait super, mais pour moi c'est une évidence d'avoir un objectif comme celui-là. De plus lorsqu'on gagne quelque chose en fin de saison on peut partir en vacances tranquille, on peut faire la fête ! Quelque chose se termine, puis on repart sur autre chose. Mais avant tout ...se faire plaisir... que ce soit à l'entraînement ou au match, et avoir le temps de jeu nécessaire pour.

[IMG30994#L] Quel titre aimerais-tu gagner cette année ?
Je vais être réaliste, la Ligue des Champions ! Cela va être très dur .

C'est possible !
C'est possible, mais c'est ce que j'ai expliqué l'autre jour à un journaliste : "si tu joues au loto, tu peux gagner le gros lot, mais tout le monde ne gagne pas'', et je pense qu'il y a des équipes qui sont mieux armées que nous pour gagner la Ligue des Champions. Maintenant la surprise peut arriver, on la prendra si elle arrive ! Mais j'opterai toujours pour le titre de Champion. Pour moi c'est la référence au niveau national. La Coupe de la Ligue c'est réglé, mais la Coupe de France c'est difficile de se fixer. Une Coupe de France comme objectif, pourquoi pas ? Si on la gagne, on prend aussi ! Il n'y a pas de souci !

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte